dimanche 16 octobre 2016

Une questoin de pluriel

Bonjour à toutes,

Je sais que ce n'est pas de saison, mais je me rappelle avoir passer, il y a maintenant "quelques années" un examen appelé baccalauréat.

Pour la petite histoire (voire toute petite), j'ai eu beaucoup de mal à l'obtenir. Tellement de mal, qu'il fallut attendre la troisième reprise pour atteindre l'objectif.

Je ne sais pas si les règle sont les mêmes aujourd'hui, mais lorsque le temps de la troisième reprise s'est présenté, on m'a appris que la partie de l'examen que je croyais acquise était annulée : le français. Il ne fallait donc plus compté sur les notes obtenues 3 ans plus tôt. Dommage, de ce côté et malgré mes lacunes en orthographe (non encore complètement résolues), je ne m'était pas trop mal débrouillé.

Comme la terminale n'offre pas de cours de français puisque cette affaire est sensée faire partie du passé, je n'ai donc pas pu la préparer à nouveau.
Comme j'étais jeune et inconscient, je me suis donc pointé en juin à l'oral de cette matière, la fleur au fusil, sans aucune préparation et avec, sous le bras, un exemplaire du Tartuffe et un des Fleurs du mal. J'étais persuadé que tout se passerait au mieux puisque j'avais lu les deux livres et que je les aimais bien.

Mais non, ce ne fut pas un bon moment.

Je me rappelle du texte sur lequel je suis "tombé" et à propos duquel je n'avais pas grand chose à dire : L'invitation au voyage.
Un poème de Charles Bodelaire que j'aimais bien (en plus) car construit comme une chanson.

Si vous ne le connaissez pas, en voici le début :

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.


(…)

 Si vous ou quelqu'un de votre entourage, le connaissez, je ne serais pas contre un rafraichissement de mémoire :
Parmi les questions de l'examinatrice, je m'en souviens d'une à laquelle je n'avais pas su répondre et pour laquelle j'ai complétement oublié la réponse. Je vous la pose donc au cas où vous sauriez.

Dans le vers en rouge (il n'est pas en rouge normalement, mais c'est plus facile pour être sûr qu'on parle du même), le mot "ciels" est au pluriel. Mais, normalement, ciel au pluriel, ça donne "cieux". Alors, pourquoi le gars Charles l'a-t-il écrit ainsi ?

Merci d'avance pour votre éclaircissement.

Et, pour enfin ramener cette article au scrap, je vous présente une carte de Scrapbonheur, qui par son thème visuel a fait remonter toute cette histoire :

Papier ALM utilisé : petits nuages roses sur fond bleu

 Et, si vous n'avez rien à dire à propos de Bodelaire, rien ne vous empêche de laisser un commentaire à propos de cette carte.

Sinon, merci d'être passé par ici

A bientôt

Franck

12 commentaires:

  1. Heu....
    J'adore cette carte, superbement originale :)
    Bisous bisous ♥

    RépondreSupprimer
  2. Alors d'abord, la carte est très jolie,j'aime ces cartes où le papier de fond fait presque tout...
    Pour le mystère des "ciels troublés":
    Baudelaire utilise ce mot pour une répétition des consonnes ( une allitération) :
    D'aLLer Là bas vivre ensembLe
    Les soLeils mouillés de ces cieLs brouiLLés
    BriLLant à travers leurs Larmes....

    Cela permet une fluidité de lecture (chanson)

    Voilà, voilà, je ne suis pas prof de français mais j'aime la poésie baudelairienne et aussi Verlaine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'allitération est une explication que j'aime, comme vous dîtes, c'est ce qui rend le texte + chantant, + agréable à l'oreille.
      Merci.

      Supprimer
  3. http://correctissimo.fr/blog/le-pluriel-ciels-cieux/
    Allez voir ce lien.
    Si j'ai bien compris "cieux" s'utilise dans le sens religieux!!!!
    Très joli ciel en tout cas sur la carte de Scrapbonheur!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette histoire de religion me parle, je me demande si ce n'est pas l'explication que m'avait donné l'examinatrice.
      Elle est certainement juste, mais ce n'est pas ma préférée. Et comme on n'est pas à l'examen on n'est même pas obligé de penser ce que l'examinateur veux entendre…… mais ça n'engage que moi.

      Supprimer
  4. Très jolie carte qui amène un joli poème, la réponse est donnée par mes précédentes copinettes! Bises Nadine

    RépondreSupprimer
  5. Je ne pense pas que ces explications concernant les "ciels" soient valables (mais je peux me tromper) ... en fait, je sais que "ciels" est le terme poétique mais on parle aussi de ciels gris ou bleus lorsqu'on fait de la peinture et que dire des "ciels de lit" fort en vogue les siècles passés .... Qt à ce papier, moi, je l'adore et je l'ai aussi bien mis en évidence lors de la création d'une carte avec des dromadaires .. Ici, l'avion est la version moderne du voyage ... il faut aller vite et ouvrir vite .... cette belle carte ! :-) Perso, je préfère utiliser le terme de nuage, c'est + aérien, léger et puis il est préférable et + agréable de rester dessus ..... plutôt que d'en descendre, non ?? Bonne semaine à toutes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réponse la plus longue pour l'instant, je vous reconnais bien là Marie.
      Ce que j'aime en tout cas, c'est qu'en dehors du programme scolaire établit, on peut se permettre de penser ce qu'on veux et surtout chacun est libre d'avoir sa propre interprétation sans risquer la sanction. Et puis, dans l'esprit scrap, en générale chacune a son interprétation d'une même base. Ceci n'est pas possible en explication de texte en milieu scolaire. Dommage pour l'imagination des jeunes. En tout cas, je me suis senti frustrer à plusieurs reprises à l'époque de ne pas avoir le droit d'imaginer ma version de l'histoire.

      Supprimer
  6. La carte de Scrapbonheur est très belle!

    RépondreSupprimer
  7. Hi hi alors moi je n'ai pas la réponse mais j'ai adoré vous lire

    RépondreSupprimer
  8. Pas de réponse si !!n
    La carte est très jolie
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  9. Les cieux pour le paradis, les ciels pour la poésie...

    RépondreSupprimer